Les tiques: une question de vigilance

Comment les fameuses tiques, des créatures dont on ne parlait à peu près jamais avant 2007, ont pu devenir une préoccupation aussi importante pour les randonneurs et leurs chiens s’aventurant en forêt en une seule décennie? Si vous êtes comme nous, lorsque vous entendez le mot tique, vous entendez aussi les mots menace, infection, parasite, maladie de Lyme, gros problèmes et fin du monde. On revoit ensuite les milliers de photos affreuses de celles-ci trouvées sur Google, autant sur des humains que sur des chiens. De quoi donner des frissons dans le dos!

Rassurez-vous, en discutant avec plusieurs randonneurs expérimentés, on s’est vite rendu compte que la menace posée par les tiques est contrôlable, à condition bien entendu de prendre les précautions appropriées et bien d’agir rapidement et efficacement en cas de morsure.

Qu’est-ce qu’une tique et où sommes-nous le plus susceptibles de la rencontrer?

Les Ixodida, mieux connues sous le nom de tiques, sont des parasites se nourrissant de sang. Pour y parvenir, elles s’accrochent à la peau de leurs proies, principalement les mammifères et les oiseaux. On peut les observer sous plusieurs couleurs (brun, brun orangé ou noir), tout dépendamment de leur sexe et espèce. L’espèce la plus redoutable, celle qui peut être porteuse de la maladie de Lyme, sont celles de type “Ixodes scularis”. Elle a un corps de forme ovale, quatres paires de pattes et mesure entre 0.5 à 3 mm, dépendamment de son stade de croissance (larve, nymphe et adulte).

Quand à leur présence géographique, les tiques se déplacent de plus en plus vers le nord de l’Amérique du Nord, merci au réchauffement climatique... En effet, puisque celles-ci s’accrochent aux animaux, elles profitent du déplacement de ces espèces qui les transportent vers de nouveaux horizons. Elles préfèrent toutefois les régions plus chaudes et se sentent à la maison en forêt ou dans les herbes hautes. Elles font leur apparition dès la fonte de la neige et sont particulièrement actives lorsque la température se situe entre 0 et 20 degrés celsius, soit au printemps et à l’automne.

Un élément important à comprendre est que toutes les tiques ne représentent pas la même menace. Pour être porteuse de la maladie de Lyme, une tique doit être infectée du Borrelia burgdorferi.

Selon une étude du gouvernement du Québec, on retrouve ces tiques surtout dans les régions suivantes :

  • le nord et l’ouest de l’Estrie;

  • une grande partie de la Montérégie;

  • le sud-ouest de la région de la Mauricie-et-Centre-du-Québec;

  • le sud-ouest de l’Outaouais.

Cette carte représente bien les zones à risque de transmission de la maladie de Lyme (2017) :

carte-tique-quebec-chien-prevention

(Source : https://www.inspq.qc.ca/zoonoses/maladie-de-lyme

Comment protéger son chien contre les tiques

Il existe divers produits aidant à prévenir les morsures des tiques (et la transmission de la maladie de Lyme) chez les chiens. Votre vétérinaire est le mieux placé pour vous aider à trouver la solution qui convient le mieux à votre chien. Si ce genre de solution ne peut immuniser pas votre chien contre les tiques, il pourra toutefois grandement contribuer à en diminuer les risques.

 

Comment s’assurer que son chien est exempt de tique

Les tiques sont visibles à l’oeil nu et il est recommandé d’examiner minutieusement votre compagnon après chaque randonnée en zone à risque, surtout en haute saison. Il suffit de promener ses mains partout sur le corps de son chien et d’être attentif aux bosses et enflures. On les retrouve le plus souvent dans les zones du cou, de la queue, de l’aine, entre les pattes (avant et arrière) ainsi que les coudes.

chien-tique-zone-prevention

La transmission de la maladie de Lyme se produit quelques heures suivant la morsure. Donc, si votre chien va dehors à chaque jour ou que vous demeurez dans un endroit à haut risque, vous devriez examiner votre chien chaque jour.

Comment retirer une tique?

Lorsque l’on retrouve un tique sur son animal, il est capital de la retirer immédiatement. Il existe deux techniques pour y arriver :

  • À l’aide de vos mains, retirer la tique en la pinçant entre votre pouce et votre index tout en tournant, comme si vous vouliez dévisser une vis,

  • À l’aide d’un crochet tire-tique, insérer l’outil entre la tête de la tique et le plus près de la peau de votre chien et tirer doucement vers le haut.

Important: ne jamais écraser la tique et s’assurer qu’il ne reste aucun morceau de celle-ci dans la peau de votre chien.

Une fois la tique retirée, conservez la dans un contenant sec et étanche afin de la faire analyser chez un vétérinaire pour déterminer si celle-ci est porteuse de maladies.

Finalement, nettoyer désinfecter la plaie de votre chien (ainsi que vos mains!) afin d’éviter les risques de transmission. Pour se faire, l’utilisation d’alcool, de crème antibiotique ou tout autre produit désinfectant que vous avez sous la main est recommandé. Aussi, porter une attention particulière à la plaie durant les prochains suivants afin de s’assurer que celle-ci n’est pas enflée et ne s’aggrave pas. Il est normal de retrouver une certaine boursouflure à l’endroit de la plaie: c’est le système immunitaire de votre animal qui lutte contre l’infection. Cette boursouflure ne doit cependant pas gagner en importance.  

Si vous n’êtes pas certain d’avoir bien effectué chacune des étapes mentionnées ci-haut, n’hésitez pas à consulter votre vétérinaire rapidement. Après tout, la santé de votre compagnon canin dépend de votre vigilance et de vos soins.

Nous vous souhaitons une bonne randonnée avec votre chien! Pour quelques inspirations, consultez nos articles!

Pour plus d’infos sur les tiques et la maladie de Lyme, n’hésitez pas à consulter le site du Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec à l’adresse suivante: http://sante.gouv.qc.ca/problemes-de-sante/maladie-de-lyme/